-A +A

Anne-Emmanuelle Demartini

photo_demartini-anne_emmanuelle
  • Membre associée
  • Axe 1 : Territoires, mobilités, pouvoirs
  • Axe 2 : Genre et diversités

anne.emmanuelle.demartini@gmail.com

 

 

FONCTIONS UNIVERSITAIRES

professeure d'histoire contemporaine (Université Paris 13, UFR LLSHS)

parcours

Ancienne élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, agrégée d’histoire, docteure et habilitée en histoire de l'université de Paris1, j'ai été maitresse de conférences à l'université Paris Diderot de 1999 à 2016. Depuis, je suis professeure d’histoire contemporaine à l'université Paris13 et membre titulaire du laboratoire Pléiade. J’ai consacré ma thèse au criminel Pierre-François Lacenaire (1803-1836) en centrant l'étude sur le processus de construction d'un monstre social et en utilisant l'affaire judiciaire comme un point d'entrée dans l'imaginaire social de la monarchie de Juillet (publication : L’Affaire Lacenaire, Paris, Aubier, 2001, 430 p.). Mon mémoire inédit d'HDR mobilise des catégories d'analyse plurielles (genre, âge, classe) pour rendre compte du parricide de Violette Nozière (1933), replacé dans l'histoire des violences sexuelles et de l'inceste, ainsi que dans l'histoire des pères. Il a été publié sous le titre Violette Nozière, la fleur du mal. Une histoire des années trente- Prix Malesherbes 2017). Dans le prolongement de cette recherche sur une affaire croisant parricide et inceste, je participe au projet ANR DERVI (« Dire, Entendre, Restituer les Violences Incestueuses »)  qui associe le CEMS (EHESS) et le laboratoire Pléiade (Paris13).

Je suis membre du comité de rédaction de la Revue historique.

thématiques de recherche

Histoire des représentations, des sensibilités, de l’imaginaire social XIXe-XXIe siècles ; normes et déviances, affaires judiciaires, construction des figures criminelles, genre et justice  ; histoire de l’inceste à l’époque contemporaine.

PDF icontravaux et publications.pdf (104.46 Ko)

publications (HAL)